Daily Remedy

La crise du quart de vie existe vraiment

Dans un monde où les possibilités sont infinies, choisir et renoncer à tout le reste, c'est terrifiant.

Publié le par Valérie Landry dans Bien-être
Partager sur Facebook
6,016 6.0k Partages

La vingtaine est une étape importante de la vie; on y fait tellement de choix! Certains prioriseront leur carrière, d'autres préféreront voyager. On se sent encore jeune, mais on sait que la trentaine arrivera vite, surtout lorsqu'on entame la seconde partie en atteignant 25 ans. On se demande si l'on trouvera la bonne personne, à quel âge on veut des enfants et si les autres arrivent vraiment à économiser pour une maison. Bref, c'est une période de doutes et de pression omniprésente.

Eh bien, une étude récente permet de prouver l'existence de ce qu'on appelle la « crise du quart de vie ». Et c'est beaucoup plus fréquent qu'on ne le pense : ce serait deux personnes sur trois qui en seraient affectés. Cette crise existentielle où l'on remet en doute nos attentes, nos rêves et nos priorités en dit long sur la réalité à laquelle on doit faire face. Alors, si tu te sens démunie face à la complexité du monde professionnel, sache que tu es loin d'être la seule.

Liketoknow.it

 

On doit cette recherche au professeur britannique Oliver Robinson, qui a recueilli des données sur LinkedIn afin de dresser un portrait d'une génération qui fait partie de toutes les discussions, soit les millennials :

« Ce n'est pas facile d'être un jeune adulte en 2018. Le marché de l'emploi est assez inaccessible pour la plupart d'entre eux, les prix des locations et des logements sont élevés. Il y a également une contradiction très forte entre toutes les choses qu'il faut réaliser' au moins une fois dans sa vie, et les pressions plus raisonnables qui poussent à être calme et heureux », explique aux Inrocks Oliver Robinson.

On peut blâmer en partie les réseaux sociaux, qui créent une illusion de vie parfaite, alors qu'en réalité, la plupart des jeunes vivent les mêmes difficultés. Bref, on est perdus, confus, déboussolés. On hésite entre profiter de sa vingtaine ou se responsabiliser. On se demande si on manque quelque chose. On a l'impression que notre vie nous échappe. On sent qu'on n'aura pas le temps de tout faire, qu'on doit choisir maintenant ce dans quoi on veut mettre notre énergie et s'y consacrer entièrement.

En fait, on se demande qui on est et ce qu'on veut devenir.

On vivrait cette crise le plus souvent à l'âge de 26 ans, et elle durerait pas moins de 11 mois. Comme l'explique le professeur, elle peut être très bénéfique, parce qu'elle permet de remettre en question nos priorités et de devenir plus complet et mature, mais elle est difficile à vivre, parce qu'elle peut entraîner anxiété et dépression.

« C'est dans cette tranche d'âge bien précise que certains décident de faire le tour du monde, d'arrêter de fumer, ou bien d'ouvrir un restaurant en bord de plage. Pas moins de 43 % des 25-33 ans disent ne pas être sûrs de savoir quoi faire de leur vie et de leur carrière, 30 % d'entre eux estiment qu'ils n'ont pas assez voyagé au cours de leur vie ».

Dans un monde où les possibilités sont infinies, choisir et renoncer à tout le reste, c'est terrifiant. Mais, dans le fond, si on décide d'écouter notre coeur et de prioriser notre bonheur, on ne peut pas se tromper.

@Vika_vespp

 

 

Plus d'articles du même genre : 

10 façons d'investir sur soi-même

Apprivoiser le lâcher prise

9 choses à réaliser pour être en paix avec soi-même

 

Pour plus de contenu Bien-être, c'est ici.

Partager sur Facebook
6,016 6.0k Partages
Sauvegarder sur Pinterest

Crédit Photo: Maggie Lindemann