Daily Remedy

Est-ce qu'on peut parler de dépression post-graduation, please?

On vit un gros vide lorsqu'on obtient enfin notre diplôme...

Publié le par Valérie Landry dans Carrière
Partager sur Facebook
43 43 Partages

Toute notre vie, on nous répète à quel point l'école, c'est important. On nous demande ce qu'on veut faire dans la vie, et on en vient à se dire que notre carrière, c'est ce qui nous définira en tant que personne. Parce que c'est vrai que la première question que les gens demandent, c'est toujours «qu'est-ce que tu fais dans la vie?».

Depuis nos premières années à l'école, on nous répète qu'on peut tout accomplir, et on observe les yeux remplis de fierté de nos parents lorsqu'on a une bonne note à un examen. Et on imagine de nombreuses fois le moment où ils sauteront de joie en apprenant qu'on a été accepté dans un programme à l'université.   

On rêve de la graduation depuis tellement d'années, que lorsqu'on se retrouve finalement avec un diplôme dans la main, on a l'impression de se tenir devant un grand vide, parce que les études, c'est tout ce qu'on a connu. On a tellement toujours visé le diplôme, qu'on s'est convaincu que tout irait bien après ça, que le pire serait passé, qu'on se sentirait super qualifié et plein de confiance, qu'on pourrait enfin entrer sur le marché du travail, s'accomplir et devenir le meilleur dans notre domaine.

 

The Odyssey Online

 

Malheureusement, pour beaucoup de jeunes récemment diplômés, ce n'est pas tout à fait le cas. Parce qu'aujourd'hui, non seulement un bout de papier ne te garantira pas un emploi de rêve, mais en plus, la recherche d'emploi prend beaucoup plus de temps qu'on l'avait espéré... tellement qu'on en vient à se remettre en question, à se demander si on trouvera notre place. On envoie un nombre incalculables de cv, on passe plusieurs entrevues, puis on réalise qu'on n'a pas été choisi. Et puis on angoisse, parce qu'on se demande comment faire pour se distinguer de tous ceux qui ont gradué en même temps et qui cherchent eux aussi leur place. 

On se dit que ça n'a pas le choix de débloquer, mais on se cherche tout de même un plan B, au cas où on ne trouverait jamais rien dans notre domaine. Cette transition est excessivement stressante, et donc oui, la dépression post-graduation existe vraiment

Selon ce que la psychologue Sheryl Ziegler, la dépression post-graduation est un thème qui n'est pas encore assez étudié, mais les témoignages qu'on peut lire sur Internet et les recherches sur les millennials permettent d'établir une connexion entre notre état dépressif et le fait qu'on se crée des attentes irréalistes; en observant les succès de nos amis sur les réseaux sociaux, et parce que personne n'y parle de ses échecs, on s'imagine que tous trouvent un emploi dès leur sortie de l'université, alors que plus de 18 000 diplômés sont toujours sans emploi six mois après leur graduation. Notre génération est celle qui souffre le plus d'anxiété et de dépression et il a même été prouvé que ce ceux qui sont plus actifs sur les réseaux sociaux ont le plus de chance d'en souffrir. Et parmi les inquiétudes les plus nommées, la recherche d'emploi est pas mal au top

 

Irina Munteanu

 

Comment savoir si on souffre de dépression post-graduation? Les symptômes les plus clairs sont le manque de motivation à se sortir du lit et à aller chercher un emploi, beaucoup de pensées négatives, un sentiment de solitude ainsi qu'un manque d'espoir pour l'avenir. Certains ont même tendance à se tourner vers l'alcool et les drogues afin de s'évader, d'oublier ce sentiment de vide. Le témoignage d'Alaina Leary pour The Washington Post, définit bien ce qu'on ressent lorsqu'on est en dépression post-graduation : « I realized I was dealing with post-college depression specifically, because my depression was directly linked to things I had in college that I no longer had: namely, the experience of being a part of a tightknit community. Even though my partner and I are extremely close, I felt suddenly very lonely. I had co-workers, but not the kinds of relationships I had in college ».

Si tu te reconnais dans cette description, confie-toi à une personne en qui tu as confiance et va chercher de l'aide auprès d'un professionnel. Rappelle-toi, tu es loin d'être seul. Et puis, en parler, c'est déjà de s'enlever un gros poids de sur les épaules! 

 

Wilderado

 

Plus d'articles du même sujet : 

7 choses que tu as besoin d'entendre si tu souffres d'anxiété

Le syndrome de l'imposteur ou Comment ne jamais se sentir à sa place

La crise du quart de vie existe vraiment

 

Pour plus de contenu Carrière, c'est ici

Partager sur Facebook
43 43 Partages
Sauvegarder sur Pinterest

Crédit Photo: Wilderado